COMITÉ PARALYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS

Handi-aviron, interview de Perle et Stéphane au fil de l’eau

21 septembre 2015 Commentaires fermés sur Handi-aviron, interview de Perle et Stéphane au fil de l’eau
Handi-aviron, interview de Perle et Stéphane au fil de l’eau

Les Championnats du Monde d’aviron, organisés sur le lac d’Aiguebelette en Savoie ont été un réel succès et montrent une fois de plus la force de la France dans l’organisation d’événements internationaux.

 

Jean-Jacques Mulot, Président de la Fédération Française d’Aviron en témoigne
« Ces Mondiaux ont été une immense réussite en termes d’organisation. Tous les athlètes étaient très heureux, toutes les équipes également. Les conditions ont été parfaites. Nous avons vécu un grand championnat du monde, marqué par un record de participation, un public très nombreux, un cadre superbe et un niveau de compétitions exceptionnel. Pour la France, il était important de montrer notre capacité à accueillir et réussir un grand événement international. Dans la perspective de la candidature de Paris aux Jeux de 2024, l’enjeu était important. Je crois que nous pouvons dire que l’organisation a vraiment été à la hauteur. »

 

Au total, plus de 1300 athlètes venus de 70 nations (450 bateaux) se sont disputés les 27 titres mondiaux ! L’équipe de France s’est présentée en force avec 61 athlètes et 18 bateaux. Parmi les 27 épreuves au programme, 5 courses étaient réservées à l’handi-aviron, sur une distance de 1 000 mètres.

Rencontre avec le binôme phare Perle Bouge et Stéphane Tardieu (TAMix2x), médaillé de bronze à Aiguebelette et présent sur tous les podiums depuis 5 ans !

 

Stéphane : Si tu devais décrire Perle en quelques mots ?
Perle est une grande travailleuse, régulière dans l’effort, c’est une équipière en qui j’ai confiance et que je connais par cœur.

 

Perle : Si tu devais décrire Stéphane en quelques mots ?
Un homme charmant, généreux et impatient, et qui a épuisé quelques partenaires en aviron :). Un binôme avec qui je partage complicité, joie, tristesse, coup de gueule…

 

Quatre fois médaillés d’argent aux mondiaux, vice-champions paralympiques à Londres, vous prenez la 3ème place à Aiguebelette derrière l’Australie et la Grande Bretagne, pouvez-vous nous parler de votre course et de la concurrence qui ne cesse de croître ?
Nous sommes dans une catégorie où le niveau est très relevé et aujourd’hui les courses se rapprochent vraiment des courses valides avec peu d’écart de temps en finale. Nous avons fait un très bon stage de préparation ce qui était de bon augure pour le Championnat du Monde d’Aiguebelette. Nous sommes toujours sur le podium depuis nos débuts ce qui montre que nous sommes des concurrents à prendre au sérieux. Nous avons fait quelques erreurs lors de notre parcours (technique, et au départ) qui coûtent chères à ce niveau de compétition. Le bateau a encore une marge de progression. Nous devons travailler sur l’approche des compétitions internationales et continuer à progresser techniquement et physiquement. Pour revenir à la course, nous faisons une mauvaise moitié de parcours au départ, par contre nous faisons une très bonne deuxième partie (enlevage) ce qui nous permet d’aller chercher une médaille. Il va falloir que nous travaillions davantage notre départ, nous savons le faire. La concurrence est toujours présente, les australiens gardent leur titre et le bateau anglais est jeune et prometteur.

 

Vous avez assuré une place pour votre bateau aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016. Pouvez-vous nous parler de vos futures échéances ?
Il était important pour nous de qualifier la coque et cet objectif a été atteint. Maintenant nous devons continuer de travailler et progresser pour garder notre place dans le bateau. Il est nécessaire de suivre le chemin de sélection et de valider les étapes. Nous allons participer normalement aux différents  stages France pendant la saison 2015/2016 pour préparer le bateau du mieux possible. Il y aura le championnat de France Indoor, puis le championnat de France bateaux courts, des coupes du Monde et enfin RIO. Le principal souci est que nous n’avons pas vraiment de concurrence au niveau français pour les entraînements et nous manquons de parcours dans l’année. Il pourrait être opportun de pouvoir faire quelques parcours avec les valides, même s’ils partent plus vite, pour travailler notre départ, qui nous empêche actuellement d’être à 100% ! C’est un bateau qui est fort et nous savons que nous pouvons faire de belles choses !

 

 

A noter que le bateau LTA Mix 4 composé de Guillaume Lemire, Antoine Jesel, Guylaine Marchand, Anne-Laure Frappart et de Lise Joubert (barreuse) est lui-aussi qualifié pour les Jeux Paralympiques de Rio en terminant second de la finale B.

 

 

Que représente la pratique de l’aviron pour vous ? Combien d’entraînements par semaine ?
Perle : L’aviron est avant tout un plaisir. C‘est un sport de nature où le handicap n’est pas forcément visible dans la pratique. C’est un sport physique et technique. La pratique mixte est aussi très intéressante. Nous nous entraînons tous les jours du lundi au dimanche et 2 fois par jour en stages.

Stéphane : C’est 2h30 par jour 7 jours sur 7 et pas loin de 5 heures quotidiennement pendant les stages. Au départ, j’ai commencé à pratiquer l’aviron pour m’entretenir et pratiquer un sport après mon accident, puis je me suis retrouvé en Equipe de France. C’est ma dernière année jusqu’à Rio si tout se passe bien et je repasserai ensuite sur un rythme plus réduit avec 2 à 3 entraînements par semaine en arrêtant les compétitions.


Quel est votre état d’esprit avant le départ d’une course ?
Perle : Concentrée avec l’envie d’aller gagner… Solidaire avec mon binôme.
Stéphane : Un peu de stress à cause d’une gestion du départ qui n’est pas forcément encore optimale.

 

Votre plus belle victoire ?
Perle :
 La médaille aux Jeux Paralympiques de Londres.
Stéphane : La médaille aux Jeux Paralympiques de Londres également et un souvenir spécial pour notre première médaille au cours des championnats du monde en Nouvelle-Zélande en 2010.

 

BIOGRAPHIE

10366148_10153087020901129_5087315305594254229_nPerle BOUGE
Age : 38 ans, née le 1er décembre 1977 à Rennes
Club : Aviron Bayonnais
Handicap membres inférieurs
Profession : Conseillère Technique Régionale Handisport

Stéphane TARDIEU
Age : 45 ans, né le 16 mars 1970 à Paris
Club : Boulogne-Billancourt ACBB
Handicap : Amputation membre inférieur
Profession : VRP

 

PALMARES (TAMiX2X – deux de couple mixte tronc et bras)
Jeux Paralympiques Londres 2012
Médaille d’argent

Championnats du Monde
2015
Médaille de bronze
2010-2011-2013-2014
Médaille d’argent

 

Source : Fédération Française d’Aviron
Copyright : Fédération Française d’Aviron – Daniel Blin

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Les commentaires sont fermés.