COMITÉ PARALYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS

Judo : Le rêve envolé de Sandrine Aurières-Martinet

30 août 2012 5

Alors que  Sandrine Aurières-Martinet, la double vice-championne paralympique, s’était qualifiée le matin pour les demi-finales dans la catégorie des -52kg,  en se débarrassant de l’Ukrainienne  Nikolaychyk au terme d’un combat bien maîtrisé, la Mâconnaise a subi la loi de la Chinoise Wang au terme d’un combat douloureux.

Menant d’un Yuko à mi-combat, la Française a encaiss un Waza-Ari et s ‘est blessée sur le coup à la malléole gauche. Grimaçant de douleur, la Française de 29 ans a bien tenté de refaire son retard tant bien que mal mais le combat était trop inégal. C’est en pleurs qu’elle a quitté le tatami portée par son entraîneur.

Diminuée, elle n’a pu revenir pour le combat de la médaille de bronze.

Une journée à oublier pour Sandrine Aurières-Martinet.

 

5 commentaires

  1. Laurent 30 août 2012 at 23 h 01 min -

    J’ai vu votre combat contre votre collège chinoise… C’est peut-être une défaite mais le message à retenir est votre courage incommensurable et tout le respect que vous nous inspirez qui lui est infini !

    Tout mon respect Sandrine

  2. Rémi 31 août 2012 at 6 h 27 min -

    malgré votre défaite, nous retenons l’exemple et l’espoir que vous avez communiqué à nos élèves
    merci
    toute l’équipe restauration du collège Pasteur

  3. Arnaud 31 août 2012 at 7 h 33 min -

    J’ai vu votre combat en direct hier, les mots me manquent… quel courage !! Une défaite certes, mais le courage dont vous avez fait preuve est digne du plus grand respect !

  4. cierpisz christophe 31 août 2012 at 8 h 07 min -

    grand bravo à toi sandrine pour avoir su surmonter la douleur et terminer ce combat respect et courage des valeurs fortes pour le judo
    amitiés
    christophe
    dojo wasquehal

  5. Yvan 6 septembre 2012 at 16 h 01 min -

    Hello !
    La malchance t’ as poursuivi pour ces J.O .
    Ta blessure de la veille à l’ épaule, ajouté à cela ta fracture lors des demis, alors que tu menais ! …
    Tu n’ as pas été récompensée à la hauteur de ton courage et de ta persévérence .
    Je ne peux que te souhaiter un prompt rétablissement, avec une médaille d’ Or cette fois au Brésil ! ! !
    Big Kisses à toi, et à tes deux hommes (le petit & le nettement plus grand) .
    Yvan