COMITÉ PARALYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS

SOP 2019 : La mixité, vecteur d’éducation

12 février 2019 Commentaires fermés sur SOP 2019 : La mixité, vecteur d’éducation
SOP 2019 : La mixité, vecteur d’éducation

La 3ème édition de la Semaine olympique et paralympique a été lancée le 4 février 2019. Au programme, plus de 1 000 projets partout en France, dans de nombreux établissements scolaires. Un moment clé du programme « Education » de Paris 2024 qui vise à promouvoir l’éducation par le sport, mettre les valeurs citoyennes et sportives au cœur des enseignements et changer le regard des jeunes sur le handicap.

La Semaine Olympique et Paralympique a pour objectif de permettre aux enseignants de sensibiliser les élèves et étudiants aux valeurs de l’olympisme et du paralympisme, d’utiliser le sport comme outil pédagogique, de découvrir avec les élèves et les étudiants les disciplines olympiques et paralympiques, de changer le regard sur le handicap, d’amener les jeunes à la pratique sportive ou encore de les éveiller à l’engagement bénévole. Cette année, elle a mis l’accent sur la thématique de la mixité (dans la pratique sportive et dans la vie quotidienne). Elle a également fait écho aux grands événements sportifs qui seront organisés prochainement en France : la Coupe du monde féminine de Football (du 7 juin au 7 juillet 2019), et les Jeux Olympiques & Paralympiques de Paris 2024 qui présenteront pour la première fois de leur histoire autant d’athlètes femmes et hommes.

Le lancement de la SOP 2019 a eu lieu au collège Dora Maar en Seine Saint-Denis. Tout un symbole donc puisqu’il est situé à quelques mètres du futur village des athlètes des Jeux de Paris 2024. Sur tout le territoire français et dans des établissements scolaires à l’étranger, plus de 1000 projets éducatifs ont été portés (contre 500 en 2018) .

Le mouvement paralympique mobilisé

Dans le cadre de la SOP 2019, le Comité Paralympique et Sportif Français et ses membres sont allés à la rencontre de la génération 2024. À commencer par Marie-Amélie Le Fur, Présidente du CPSF :

• Elle a participé à une journée de rencontres inclusives USEP. Cet évènement a permis à des élèves de CE2 et de CM1, issus du milieu ordinaire et d’IME (Institut Médico-Éducatif), de se rencontrer et d’échanger autour de mises en situation ludiques.

• Puis Marie-Amélie Le Fur s’est rendue dans le Loir-et-Cher.
En relation avec le Comité Départemental Handisport 41, la triple championne paralympique a pu partager auprès des jeunes écoliers d’Ouzouer le Marché son expérience et sa vision.
Marie-Amélie Le Fur est également intervenue à l’école primaire de Saint-Laurent-Nouan.

À l’initiative du Comité Départemental UNSS 78 et en collaboration avec Paris 2024 et la Fédération Française Handisport, Jean Minier, Directeur du développement au CPSF a participé à une action de découverte des différents sports paralympiques auprès des jeunes collégiens du département.

Le CPSF était loin d’être seul à se mobiliser ; les fédérations ont, elles-aussi, répondu présent : Le para triathlon, avec en tête de file son entraîneur national Nicolas Becker, a rejoint des jeunes écoliers de Saint-Raphaël pour partager les valeurs olympiques et paralympiques. Au programme : l’organisation d’un duathlon relai mixte et d’une course guidée en mode tandem.

Tout comme le triathlon, la fédération française de badminton s’est engagée lors de cette Semaine Olympique et Paralympique.
En collaboration avec la Ligue PACA et le comité départemental des Bouches-du-Rhône, la Fédération Française de Badminton a organisé l’opération « Badminton pour tous, tous au badminton » lors d’une journée de partage et de découverte de la pratique, associant des groupes de collégiens des quartiers prioritaires et des personnes en situation de handicap. Ces derniers, encadrés par différentes associations, ont pu découvrir le para badminton avec des champions de la discipline, dans une ambiance festive et conviviale, autour d’ateliers sportifs et éducatifs sur la culture olympique et paralympique.

Les athlètes au coeur du projet

Les athlètes paralympiques ont, eux aussi, répondu à l’invitation. Arnaud Assoumani (para athlétisme) ou Charles Rozoy (para natation) ont pris part à des cours durant lesquels le sport a été utilisé comme support éducatif. Partout en France, d’autres sportifs de haut niveau se sont rendus dans les écoles comme Nantenin Keita, championne de para athlétisme ou encore Cyril Moré ( escrime fauteuil) et Marie Bochet (para ski alpin). Tous ont pu échanger avec les élèves sur les valeurs du sport, et notamment sur la mixité et le « bouger plus », les deux thématiques prioritaires de l’édition 2019 de la « SOP ». Puis, ils se sont mêlés aux activités sportives dédiées.

Rendez-vous l’année prochaine …

Plus d’informations sur la SOP

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Les commentaires sont fermés.