COMITÉ PARALYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS

Les paratriathlètes attendus à Copacabana en 2016

4 juillet 2014 Commentaires fermés sur Les paratriathlètes attendus à Copacabana en 2016
Les paratriathlètes attendus à Copacabana en 2016

Le paratriathlon intègrera le programme des Jeux Paralympiques à RIO 2016. Cette discipline est déjà pratiquée dans 37 pays.
La distance officielle est la distance sprint (750m de natation, 20km de cyclisme, 5km de course à pied). C’est la distance du Championnat de France, des coupes du mondes (World Paratriathlon Event), des Championnats continentaux et du Championnat du Monde.

Le nouveau système de classification mis en place en 2014 définit 5 catégories. La catégorie PT1 concerne les athlètes pratiquant en fauteuil (natation-handbike-fauteuil), les catégories PT2, PT3, PT4 ceux pratiquant debout avec des handicaps impactant plus (PT2) ou moins (PT4) la capacité à performer et la catégorie PT5 concernant les handicaps visuels (natation-tandem-course, avec guide).

Entretien avec Nicolas Becker, Entraîneur National de Paratriathlon

Que représente pour vous l’intégration du paratriathlon à Rio ?
Le triathlon est une jeune discipline apparue aux Jeux Olympiques en 2000 à Sydney qui a toujours intégré les sportifs handicapés. Les Championnats (Continentaux et Monde) de Paratriathlon ont toujours été intégrés au programme des épreuves valides élites. Les sportifs apprécient beaucoup cette proximité qui est rare dans les sports paralympiques. Cela ajoute au sentiment d’appartenance des athlètes handicapés à l’Equipe de France de Triathlon au sens large. De la même façon, et cela nous a toujours semblé une évidence, la délégation française lors des grands championnats comprend à la fois les athlètes juniors, U23, élites et paratriathlètes. L’accompagnement technique et logistique par la DTN est le même pour les valides et paratriathlètes.

Ainsi cela permet à tous de se côtoyer et de partager des objectifs communs de performance. Au niveau de la DTN c’est un excellent moyen d’impliquer tous les cadres présents sur le Championnat. Sur le plan médical, les kinésithérapeutes et le médecin sont également mis à contribution sans distinction pour tous les sportifs présents : handicapés et valides.

L’intégration du paratriathlon à Rio est une reconnaissance logique du travail entrepris depuis de nombreuses années pour promouvoir la discipline sur tous les continents. Elle a aussi engendré une évolution rapide de la discipline : la mise en place d’un circuit mondial, d’une classification de handicap fondée scientifiquement et prenant mieux en considération l’impact du handicap sur la capacité à performer, l’élévation et la densification du niveau sportif, l’émergence de nouvelles nations, la structuration de l’accompagnement et l’encadrement, des moyens humains et financiers supplémentaires pour un certain nombre de nations. Le revers de la médaille est que la fédération internationale de triathlon, l’International Triathlon Union (ITU) a drastiquement limité le nombre de paratriathlètes pouvant participer aux épreuves internationales ce qui rend difficile l’entrée dans le circuit de nouveaux athlètes. Plus difficile encore, le nombre de catégories représentées à Rio sera réduit à 3 (3 podiums Hommes et 3 podiums Femmes) ce qui signifie que toutes les catégories de handicap ne seront pas concernées par les Jeux Paralympiques. Pour autant le paratriathlon s’est fixé pour objectif d’apporter sa contribution au tableau des médailles.

Comment vont se dérouler les épreuves à Rio ?
Le point de rendez-vous sera la plage de Copacabana. En dehors de cela le déroulement des épreuves à Rio n’est pas encore clairement défini. On ne connait pas, pour le moment, les 3 catégories retenues. On sait par contre qu’il y aura 60 paratriathlètes en lice pour 18 médailles. Les Jeux Paralympiques de Rio seront pour nous une nouveauté puisque les épreuves ne se dérouleront pas en même temps que celles des valides.

Quel est le chemin de sélection pour qualifier les sportifs aux Jeux Paralympiques?
Le Championnat du Monde 2015 à Chicago (USA) sera déterminant puisque les vainqueurs des catégories paralympiques attribueront 1 dossard à leur pays. Ensuite, 36 dossards (18 pour les femmes et 18 pour les hommes) reviendront aux nations les mieux classées au ranking mondial à l’issu de la période de qualification paralympique. 16 dossards seront donnés sur invitation, et enfin, le Brésil aura au minima 1 représentant femme et 1 représentant homme. Je tiens à préciser que le mode de sélection permet à des sportifs d’intégrer le système dès cette saison et même début 2015. Il y a des places à prendre, notamment chez les femmes. On constate que beaucoup de pays misent sur les « transferts de talents ». A ce titre je suis persuadé qu’un(e) sportif(ve) qui a un niveau sportif reconnu peut rapidement atteindre un très bon niveau de performance en triathlon, particulièrement chez les femmes. Pour tout renseignement, n’hésitez pas à me contacter ! (nbecker@fftri.com)

Quelles seront les nations à surveiller de près ?
Nul doute que LA nation à battre sera la Grande-Bretagne car c’est le pays qui ramène le plus de médailles sur les grands Championnats. Sans entrer dans le détail, les moyens dont ils disposent sont très importants. Ils ont surtout mis en place un système de transferts de talents très efficace entre les différentes disciplines, en témoigne l’arrivée récente de nageuses qui comptent déjà parmi les meilleures paratriathlètes. Il y a également des individualités fortes dans d’autres pays avec une concurrence des australiens, américains, allemands et bien sûr français.

Une idée de qui pourrait faire parti du voyage à Rio?
Personne ne peut prétendre à l’heure actuelle avoir son ticket en poche. Néanmoins on peut miser sur Yannick Bourseaux, le français le plus régulier sur les podiums depuis plusieurs saisons et qui fait de Rio l’objectif de sa carrière. Notre souhait est d’étoffer cette équipe de France avec des paratriathlètes potentiellement médaillables.

Le paratriathlon une discipline en plein essor ?
Paratriathlon et triathlon étant intégrés historiquement, ce premier profite de la structuration internationale du triathlon. Cela permet de faire progresser rapidement la discipline. Au plan médiatique la couverture s’améliore et, en ce sens, l’entrée aux jeux paralympiques a été motrice. En France les mentalités évoluent bien et le paratriathlon a trouvé sa place au sein de la grande famille du triathlon. Les clubs se forment à l’accueil de ce public et on voit chaque weekend des organisateurs s’investirent de plus en plus pour rendre leurs épreuves plus accessibles et offrir un accueil spécifique. Et en même temps, le nombre de paratriathlètes ne cesse d’augmenter.

 Plus d’informations sur www.fftri.com/paratriathlonStephane_Bahier_(c)Delly Carr_ITU© Guiard_Triathlete

STEPHANE LEROY_(c)Guiard_Triathlete

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi… Le paracanoë en chemin vers Rio

 

 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Les commentaires sont fermés.